"L'art Français de la guerre", Alexis Jenni

Coup de coeur de Gaëlig, libraire à l'Espace Culturel de Landerneau

L’art français de la guerre tombe à point nommé dans notre paysage français. Il fallait un livre comme celui-là pour parler de notre soi-disant « identité nationale»  tant présente depuis quelques années. Il fallait un livre comme celui-là pour nous parler, à nous Français, de notre pays, de ces guerres auxquelles il a participé il y a 50 ans et dont on ne parle plus. On parle beaucoup de la seconde guerre mondiale. Mais l’Indochine et l’Algérie restent des mystères pour tous ceux qui n’ont pas fait d’études d’histoire. Pourquoi ? Parce qu’elles se conclurent par des échecs ? Alexis Jenni essaye de comprendre et pousse la réflexion de manière intelligente.

 

Un livre comme celui-là rejoint les livres d’Eric Reinhardt et d’Emmanuel Carrère comme des livres denses que l'on peut presque qualifier d' à l’américaine» tant ils peignent aussi bien notre pays que l’intime.

 

Dans ce grand roman, Alexis Jenni parle de cette identité nationale ("Qu’est-ce qu’être français ? Le désir de l’être") tout en brassant mille autres thèmes dans ce roman hors norme.

En effet, c’est un roman historique qui retrace l’histoire de la France de 1940 à aujourd’hui, un roman de guerre car il retrace cette guerre de 20 ans (mondiale, Indochine et Algérie), un roman social (sur le paysage social de la France aujourd’hui par le biais des banlieues, de l’immigration) et un roman romanesque, tout simplement.

 

Attention, ce n’est pas un essai. Pas un livre austère traitant de ces thèmes comme s’il nous donnait une leçon. C’est un Roman dans le premier sens du thème.

Le narrateur est une sorte de loser lorsqu’il rencontre un homme, vétéran de la guerre de 20 ans. Ce dernier lui apprendra à peindre et en échange, le narrateur retranscrira à l’écrit les mémoires du vieil homme. On alterne donc entre les chapitres (appelés « roman» ) relatant les mémoires de Victorien Salagnon, homme exceptionnel et les chapitres (appelés « Commentaires» ) où le narrateur décrit la société française d’aujourd’hui à travers sa vie et ses visites chez Victorien pour ses cours de peinture.

 

La peinture également a son importance. Ou comment l’art peut avoir un rôle vital dans une vie, un rôle d’apaisement. Tout cela dans une langue travaillée, subtile, avec peut-être un peu trop de répétition c’est vrai. Mais on ne s’arrête pas de lire pour cela. L’art français de la guerre de Alexis Jenni (Gallimard) est un livre important qui m’a beaucoup appris, touché et marqué.

 

Oui, L’art français de la guerre a reçu le Prix Goncourt dernièrement. Et à vrai dire, on s’en fiche. Les Prix Goncourt, parfois on les aime, parfois on les déteste, parfois on les trouve tièdes, parfois on ne les lit même pas. Le Prix Goncourt, il faut bien se le rappeler par moment, ce n’est que le choix de 8 personnes.  Enfin 5 ont voté pour Alexis Jenni contre 3 pour Carole Martinez (qui a elle reçu le prix Goncourt des Lycéens, drôle de coïncidence).

 

L'Art Français de la Guerre

Alexis Jenni

Gallimard - Parution : août 2011

 

Ecouter : l’émission du 2 novembre « Plan B… Pour Bonnaud» (Le Mouv’) avec pour invité Alexis Jenni : ici

Écrire commentaire

Commentaires : 0