"La ballade de Lila K" de Blandine Le Callet

Coup de coeur de Ccile, Espace culturel de Concarneau

En des temps pas si lointains que ça, le livre papier est devenu objet subversif, porteur d'un message de santé publique comme peuvent l'être aujourd'hui un paquet de cigarette ou une bouteille d'alcool. Tout le monde porte son identité, sa feuille de route, ses consignes de vie dans son "grammabook" et accepte comme une normalité, les caméras vidéos qui couvrent tout le territoire. Une pincée de Fahrenheit 451 de R. Bradbury et de 1984 d'Orwell viennent évidemment épicer ce roman extrêmement bien construit.
Nous sommes en 2100 et quelque, pas suffisamment loin dans le futur, pour parler vraiment de roman de science-fiction. Une petite anticipation qui permet de ne pas tomber dans les clichés ou l'exagération d'un monde totalement déshumanisé, mais sans doute en bonne voie. Juste ce qu'il faut pour simplement exagérer le trait des travers et maux de nos sociétés modernes actuelles. La numérisation généralisée des livres pour éradiquer la dangerosité du papier, les caméras de surveillance absolument partout - pour notre sécurité bien-sûr - et les principes de précaution de santé publique poussée à leur acmé, avec analyse d'urine automatique dans ses propres commodités et l'utilisation d'un "Senseor" dès la puberté parce que le plaisir sexuel régulier est bon pour la santé et la longévité !

 

Et puis il y a cette Zone, ce territoire de non-droits où semblent vivre les parias de la société, une sorte de banlieue que l'état aurait abandonnée faute de la soumettre à tous ses édits.

 

Et puis, il y a Lila qui se débat dans tout cela pour comprendre pourquoi elle fut un jour séparée de sa mère accusée de maltraitance alors qu'elle est convaincue de son amour. Le moteur du livre est là, dans sa quête, dans ce dénouement que l'on attend. Comment un individu peut-il se construire avec ses propres convictions, ses intuitions, ses humanités, tout en détournant parfois un système et des règles qu'il est d'abord indispensable d'intégrer pour pouvoir espérer un jour les changer ?
Cette quête d'identité essentielle qui anime la jeune Lila de la première à la dernière page est pleine d'émotion et d'introspections psychologiques finement exploitées.

 

Un excellent roman assurément. Blandine Le Callet, a obtenu en 2006, le Prix du roman Livre de poche avec son premier roman Pièce montée, et le Prix Bibliothèque pour tous en 2011 avec La Ballade de Lila K, disponible désormais en format poche.

 

ECOUTEZ Blandine Le Callet raconter le pourquoi de ce roman

 

La ballade de Lila K
Blandine Le Callet
Parution : broché - Stock - 2010
Livre de Poche - février 2012

Écrire commentaire

Commentaires : 0