"Là-Batz. Le roman d'une île" de Guénaëlle Baily-Daujon

Coup de coeur de Cécile, Espaces culturels de Bretagne

Quand l’auteur arrive sur l’île de Batz, elle tombe géographiquement amoureuse et décide de s’y installer avec son mari et ses enfants. Malgré les difficultés d’acclimatation, les rigueurs du climat et la prudence initiale des îliens, elle plonge tête baissée dans cette nouvelle vie. En chemin, elle découvre des figures touchantes aux destins singuliers. Ainsi naît l’idée de ce livre, créer des ponts entre ces destins îliens et la grande histoire du monde.

 

Portrait d’une île singulière et d’une femme impétueuse, qui de rencontres en portraits, d’amitiés en leçons de choses, doit bientôt remettre en question ses certitudes de jeune parisienne et se laisser apprivoiser par cet univers indomptable. Un roman comme une ode marine. Un premier roman plein de promesse pour les centaines et milliers d'autres pages qu'il saura inspirer à son auteur. Bref, une plume que l'on voit déjà s'envoler.

 

L'AUTEUR :

Guénaëlle Baily-Daujon est née en région parisienne. Depuis son arrivée en Bretagne, elle a été correspondante pour Le Télégramme de Brest et collabore à Tébéo (Télé Bretagne Ouest). Là-Batz est son premier roman.

 

L'INCIPIT :

"Je ne me rappelle plus qui a eu l'idée, qui en a parlé le premier. Je me souviens de ces dîners, la fin de ces dîners parisiens, quand après quelques bouteilles, quelques discussions sur la politique, l'environnement, la pollution, les embouteillages, tout ce qu'il faudrait faire pour bien vivre ici, les questions sur comment élever les enfants ; je me souviens que pendant ces dîners, souvent, tous, mes amis, mes voisins, mon compagnon, on se disait qu'il fallait partir. Aller respirer un autre air, qu'il n'était pas possible de rester là, agglutinés à cette Ile-de-France, à Paris, cette ville que l'on ne voyait plus".

Là-Batz. Le roman d'une île

Guénaëlle Baily-Daujon

Intervalles

Parution - Avril 2012

Sélection catalogue Spécial Bretagne des Espaces culturels bretons

 

 

ON EN PARLE DANS LA PRESSE

Article de Ouest-France

Article du Télégramme


Écrire commentaire

Commentaires : 0