Au bout du monde en 2012

Chronique de Romain, disquaire à l'Espace culturel E. Leclerc de Crozon

Encore une fois le festival du Bout du Monde est venu agiter la presqu'île de Crozon et ouvrir un peu plus sur le monde les petits Bretons que nous sommes. La programmation de cette année était très riche, comme à l'accoutumée, piochant aux quatre coins de la planète dans des univers musicaux très différents. Certains d'entre-eux s'en sont mieux sortis, marquant les esprits des festivaliers :

[L'Espace culturel de CROZON est partenaire du Festival du Bout du Monde]

Petit tour du Bout du monde...

Flavia Coelho, Brésilienne exilée en France, est la nouvelle étoile de la scène musique du monde. Elle a parfaitement défendu sur scène son « Bossa Muffin » mélangeant allègrement Samba, Bossa, Reggae à sa tchatche sans pareil.

 

Popa Chubby, star incontestée de la guitare, est une véritable bête de scène. Le Blues/Rock qu'il a déroulé sur scène est à l'image du bonhomme : imposant, brut de décoffrage. Impressionnant et même surprenant, notamment dans sa reprise d'Hallelujah, tout en finesse.

 

Youn Sun Nah, chanteuse de Jazz d'origine coréenne, a véritablement charmé son auditoire. Charmé mais aussi impressionné par sa voix : tantôt douce et sensuelle, tantôt puissante et éclatante. Une véritable découverte des festivaliers.

 

Emel Mathlouti, chanteuse contestataire tunisienne, s'est particulièrement impliquée dans la révolution du jasmin. Sa détermination s'est retrouvée sur scène : son style lyrique à forte dominante rock et Trip-Hop allié aux touches orientales a envoûté son auditoire.

 

L'histoire d'El Gusto, déjà racontée dans le film de Safinez Bousbia, elle aussi est intéressante. Ces chanteurs et musiciens juifs et musulmans se sont réunis pour cette tournée des années après leur séparation lors de l'indépendance en 1962. La formation sur scène était impressionnante : pas moins de 20 musiciens partageant avec un réel plaisir leur musique, le Chaabi, la musique traditionnelle algérienne. Des retrouvailles tout en émotion.

 

Asaf Avidan, jeune compositeur-interprète de la scène folk rock israélienne, a lui aussi marqué cette 13ème édition du festival. Sous sa coupe iroquoise et son look androgyne se cache un sacré interprète. Régulièrement comparé à Janis Joplin ou Jeff Buckley pour sa voix éraillée et haut perchée, l'artiste a su imposé son univers et sa grâce.

 

Yom et ses Wonder Rabbits, super-héros de la clarinette, utilisent la musique Klezmer comme terreau de rencontres musicales fertiles : ses influences, aussi large que le jazz, le rock progressif, l'electro et le Klezmer se sont croisées sur scène pour le plus grand plaisir des festivaliers.


Encore une fois le Festival du Monde aura su surprendre son monde avec une programmation riche et éclectique, permettant les découvertes et coup de cœur. Des pistes pour 2013 sont déjà évoquées (Tracy Chapman, Dionysos,...) et l'on sait déjà que ce sera une réussite.


Écrire commentaire

Commentaires : 0