Concert d'Elina Duni au Family à Landerneau : un pur moment de poésie

Atlantique Jazz Festival - Du 4 au 28 octobre 2012

Chronique d'Yvan Madec, E. Leclerc de LANDIVISIAU

Elina Duni Quartet se produisait samedi au Family à Landerneau dans le cadre de l’Atlantique Jazz Festival. Un trio piano-basse-batterie et une chanteuse d'origine albanaise qui sort son 3e album aujourd'hui même avec le fameux label ECM : Matané Malit (au-delà de la montagne)

 

Le genre de concert qui vous capte dès les premières notes et donne instantanément le sentiment que vous allez vivre un moment unique. La voix pure d'Elina Duni remplit l'espace, le temps s'arrête... le piano répond en écho, la basse se fait voix à part entière, la batterie imprévisible achève de vous perdre.

 

A priori le mariage jazz/chant ancestral pouvait étonner : l'inspiration puise dans les racines et traditions des Balkans... mais la maîtrise instrumentale de ces quatre musiciens leur permet beaucoup de recherche, d'audace et d'expérimentation, pour un ensemble résolument jazz et moderne, cohérent: mariage heureux. Elina Duni maîtrise sa voix comme un instrument, les vocalises peuvent partir du ventre pour devenir chuchotements intimes quelques mesures plus tard, le timbre cristallin peut à volonté se flûter. "La flûte chante" (Kaval Sviri) est d'ailleurs l'une des chansons, empruntée au répertoire traditionnel bulgare, mais ici on est bien loin d'une interprétation traditionnelle ! Son corps vit la musique... L'artiste sait aussi s'effacer pour laisser s'exprimer Colin Vallon au piano (souvent debout, recherchant sous le couvercle des sonorités surprenantes), Patrice Moret à la basse (solos remarquables de poésie) et Norbert Pfammatter à la batterie (qui fait "chanter" ses cymbales).

 

Elina Duni présente chacun des morceaux, dans un français parfait: elle nous raconte ses chansons, pleines de légèreté amoureuse, de paysages lointains, de fêtes de famille. "Je chante pour toutes les bergères libres" dit-elle. A un moment seulement, elle s'adresse à la salle en albanais : elle a reconnu la présence d'un compatriote quand tout seul il s'est mis à claquer les mains au milieu d'une chanson... Ici et là, elle nous gratifie de quelques vers de Ismail Kadaré ou de Bessa Myftiu, sa mère... Magique !

 

Merci à Michel LAGOUCHE, le directeur artistique et programmateur de l'Atelier culturel, pour cette belle découverte.

 

Atlantique Jazz Festival nous fait partager ses découvertes et ses artistes de très haut niveau jusqu'au 28 octobre... la programmation de Christophe Mével ne doit rien au hasard : à ne manquer sous aucun prétexte !

 

ATLANTIQUE JAZZ FESTIVAL

DU 4 au 28 OCTOBRE 2012

Toute la programmation sur le site officiel

Un événement en partenariat avec L'Espace Culturel E. LECLERC PORTE DE GOUESNOU


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Le Gall-Sanquer Andrée (vendredi, 12 octobre 2012 18:30)

    Moment de poésie partagé par le public, (merci pour la justesse du commentaire) mais aussi avec les artistes qui, au sortir du concert, nous ont demandé qui était ce public qui était si chaleureux, qui s'est laissé emporter dans la musique et qui les a menés à cette sublimation. Certains appellent ça de l'alchimie, quand tout fonctionne ensemble, les programmateurs et les équipes (L'Atelier Culturel et Pen ar Jazz), les artistes (Elina et ses musiciens, Jonas qui ne voulait plus partir) et la salle... moi j'appelle ça tout simplement un moment de bonheur partagé et dans le contexte de morosité actuelle, ça fait du bien. La Culture, ça tient chaud !
    Merci à tous

  • #2

    Nassim (jeudi, 31 janvier 2013 14:32)

    Attention n'achetez pas vos disques sur le site du label "Diesel & Sel limited serie" , arnaque on ne vous les enverra pas!!!! Voleurs