Le Sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari

Coup de coeur de Yvan, E. Leclerc de Landivisiau

PRIX GONCOURT 2012

Les mondes passent des ténèbres aux ténèbres, l'un après l'autre... À travers le récit de la vie de Marcel, Matthieu et leur famille, ce roman est une métaphore sur l'éphémère des constructions humaines, une réflexion sur l'origine et le développement de la vie qui contient dans ses gènes les causes de son déclin et de sa fin.

L'histoire démarre par une photo de famille dont le personnage principal est absent : c'est avant la naissance, avant l'origine qui renvoit au néant et la fin, et celui qui observe cette image est justement celui qui en est absent.

 

"Ils sont réunis et Marcel n'est pas là. Et pourtant, par le sortilège d'une incompréhensible symétrie, maintenant qu'il les a portés en terre l'un après l'autre, ils n'existent que grâce à lui et à l'obstination de son regard fidèle, lui auquel ils ne pensaient même pas en retenant leur respiration au moment où le photographe déclenchait l'obturateur de son appareil, lui qui est maintenant leur unique et fragile rempart contre néant..."

 

Les mots s'enchaînent naturellement, les longues phrases s'enchaînent sans rupture, mêlant les faits les actions les pensées et les sentiments dans une fluidité neutre qui contraste avec la profondeur des idées ou la violence des évènements. Un beau texte ciselé comme une épure.

 

C'est le sixième roman de Jérôme Ferrari, que nous avions déjà remarqué en 2010 pour UN DIEU UN ANIMAL, roman qui avait été récompensé par le Prix Landerneau.

 

Le sermon sur la chute de Rome

Jérôme Ferrari

Actes Sud

PRIX GONCOURT 2012

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0