FONDS HÉLÈNE & ÉDOUARD LECLERC

> exposition du 14 décembre 2014 au 17 mai 2015

Jacques Monory s'expose aux Capucins à Landerneau

Le Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la Culture accueille Jacques Monory jusqu'au 17 mai 2015 au Centre d'art Les Capucins de Landerneau pour sa première exposition majeure dans le Grand Ouest de la France. Une rétrospective totalement exaltante avec ses grands formats, ses monochromes éclatants, ses cimaises en couloirs qui nous entrainent dans le suspense et le vertige de polars à tiroirs. Une scénographie au service des compositions narratives du Maître, ses rêves bleus, roses ou jaunes, sur lesquelles il a posé comme un voile de couleur pour tamiser la vérité crue d'un monde parfois violent et cruel. Une exposition d'atmosphères, avec des jeux de miroirs qui amènent le visiteur à devenir acteur et qui créent la surprise à chaque angle... même mort. Et si  "l’œuvre d'art doit être un crime parfait", c'est tout vu, Jacques Monory est un coupable idéal !


Jacques Monory est sûrement l’un des plus importants artistes contemporains et des plus singuliers.
Depuis les années 1960, aux côtés du mouvement de la Figuration Narrative, il développe une œuvre qui s’affirme comme une écriture, avec sa signature – l’utilisation récurrente d’une couleur, le bleu –, et sa thématique propre – la relation essentielle avec sa vie (vie réelle, vie imaginaire, vie sublimée).
Cette exposition, dont le commissariat artistique est assuré par Pascale Le Thorel, rassemble plus de 150 œuvres (tableaux, films, photographies, gravures, objets) qui témoignent de son parcours.

 

À caractère rétrospectif, l’exposition permet au public de découvrir des tableaux, dont de très grands formats, prêtés par de prestigieuses collections publiques (Centre Pompidou, Musée d’art moderne de la Ville de Paris, Fonds National d’Art Contemporain, MAC/VAL…) et privées.
Elle présente également l’ensemble des films de Monory, des photographies ainsi que des travaux constitutifs, souvent inédits : collages, objets…


Elle révèle l’œuvre de celui qui nomme ses histoires des "scénarios thrillerés", et que son ami, le philosophe Jean-François Lyotard a qualifié du titre baudelairien de "Peintre de la vie moderne".
Créateur d’atmosphères, metteur en scène de fragments, Monory rend de manière unique "le climat, l’impression, la sensation, le fait divers symbolique" et entraîne le spectateur dans son univers.
L’exposition s’articule en grandes sections pour cheminer librement à travers le parcours de l’artiste, des inspirations des premières années, rassemblées pour la première fois, aux séries devenues mythiques des Meurtres, des Opéras glacés, des Images incurables, de Death Valley, des Technicolor, de la Voleuse jusqu’aux tableaux les plus récents. Le fil rouge revient sur les inspirations de Monory – en particulier sur son rapport au cinéma noir américain et à la photographie, et sur l’utilisation des scènes et des figures de son panthéon personnel. Un cycle de projections de films réalisés sur l’artiste et de films noirs américains qui l’ont inspiré sera associé à la manifestation.


Mais qui est Jacques Monory ?

Photo: Gerard Rondeau / Agence VU
Photo: Gerard Rondeau / Agence VU

Né en 1924, Monory se voit consacrer sa première exposition personnelle à la galerie Drouant-David à Paris en 1952. Dans les années 1960, il devient l’un des principaux représentants de la tendance européenne du Pop Art, que le critique Gérald Gassiot-Talabot nomme la Figuration Narrative. Monory dira à ce propos : "Ce qui s’est développé en France s’est écarté du Pop Art américain. Nous avons très vite pris le parti d’une narration critique de la société alors que les Américains ont presque toujours été, à mon sens, élogieux à l’égard de leur système. C’est une différence fondamentale."


En 1968, il réalise le film Ex- et peint la série des Meurtres. Il y met en place les éléments qui caractériseront son œuvre, le découpage en séquences, la mise à distance par l’utilisation de la couleur bleue, le rêve, l’illusion, mais aussi un regard critique sur la société.


En 1971, l’exposition à l’ARC, au musée d’art moderne de la Ville de Paris, que lui consacre Pierre Gaudibert, le fait reconnaître durablement. Deux voyages aux États-Unis en 1969 et 1973 revêtent une importance essentielle dans son histoire personnelle et artistique ; il constitue, à partir de photos, un répertoire de formes, d’images, de carnets de modèles. En 1975, il entre dans la galerie légendaire d’Aimé Maeght, où il présentera notamment les Opéras glacés. En 1985-1986, La Voleuse, suite de tableaux et film, prend la femme pour modèle-héroïne. En 1986, il est invité à la Biennale de Venise ; il dispose d’une salle au Pavillon italien dans la section Space. En 1992, il participe à l’Exposition universelle de Séville dans le Pavillon français. En 2005, il inaugure le MAC/VAL, le nouveau grand musée du Val-de-Marne, près de Paris, avec Détour, une grande installation en spirale de ses peintures.


Infos pratiques

Exposition : Jacques Monory

Du 14 décembre 2014 juin au 17 mai 2015

Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la culture

Le commissariat artistique de cette exposition est assuré par Pascale Le Thorel

Aux Capucins - A Landerneau

La page Facebook du Fonds

 

L'exposition est ouverte tous les jours de 10h à 19h et sera fermée les 25 décembre, 1er janvier et 1er mai

Tarifs : Plein tarif 6 € / réduit 4 € / Gratuit pour les moins de 18 ans, enseignants, étudiants, demandeurs d’emploi, titulaires carte ICOM et tout accompagnateur d'un groupe de + 10personnes


Le catalogue d'exposition édité par le Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la culture.

 

Services au public / visites commentées : contactez l'équipe de médiation du Fonds


Commentaires : 0