DANS LES ARCANES DE LA RENTRÉE LITTÉRAIRE

Avant-premières pour les libraires : 1, 2, 3 éditrices... etc

(c) CP/Scarmor
(c) CP/Scarmor

Rencontre avec 3 éditrices pour un petit déjeuner à Rennes dans la brasserie qui accueille chaque année les délibérations du Prix Goncourt des Lycéens. Joëlle Losfeld, Liana Lévi et Alice Déon (Eds Table ronde) ont fait le déplacement depuis Paris pour rencontrer les libraires en région et leur présenter les quelques ouvrages qui porteront les couleurs et les mots de la rentrée littéraire de chacune de leur maison.

Une mise en bouche qui s'est poursuivie à Paris pour tous les libraires des Espaces culturels de France, rassemblés pendant 2 jours, pour rencontrer tous les plus grands (et quelques plus petits) éditeurs afin de découvrir en avant-premières les titres (de 1 à 8 par éditeur) qui intègreront cette fameuse marée de lettres qui fait tant couler d'encre en septembre.

 

Un travail préparatoire incontournable pour tout libraire qui se respecte. Doté de jeux d'épreuves non corrigées ou de premiers "SP" (exemplaires mis gracieusement à la disposition des journalistes et libraires), il pourra se plonger bien avant l'été, dans ces lectures et établir ainsi le plus rapidement possible une sélection à valoriser auprès des lecteurs et des divers catalogues. Autant dire que l'enjeu pour tout éditeur présent à ce type de rencontre, n'est pas des plus anodins, lorsque l'on connait la déferlante de littératures qui envahit les rayons en début d'été. Il s'agit pour chacun d'avoir son roman ou ses ouvrages parmi eux, mais surtout de motiver le bienveillant sésame du libraire qui saura jouer au passeur avec un petit mot supplémentaire sur un ouvrage qu'il aura lu et aimé.

 

En région comme à Paris, les éditeurs doivent séduire...

Il ne faut sans doute pas moins que ces présentations un tantinet marathoniennes pour commencer à titiller l'enthousiasme et l'empathie des libraires. Les éditeurs sont présents, parfois ce sont leurs directeurs commerciaux ou même leurs auteurs clefs de la Rentrée, qui viennent au front pour raconter en quelques minutes le sujet du livre, sa qualité narrative, ses atouts... et parfois gratifier cette assistance de spécialistes d'une petite parenthèse enchantée avec la lecture à haute voix de quelques lignes...

L'atmosphère est studieuse mais bon enfant et chargée d'intérêts. Et si certains éditeurs sont plus aguerris que d'autres pour se prêter à l'exercice, voire même constituent des "brigades" dont le "show" est chaque année attendu avec sourire (Grasset ou Héloïse d'Ormesson sauront se reconnaître...), les libraires restent attentifs au Graal lui-même, c'est à dire aux romans. Et c'est bien pour cela que la diffusion virale sera assurée par les coups de coeur qu'ils auront, les petits billets ou chroniques qu'ils feront sur ces lectures choisies et les sélections qu'ils vont concocter dans les semaines à venir pour l'impression des guides de la Rentrée littéraire des Espaces culturels.

 

Alors certes, l'exercice est rythmé et copieux à voir ainsi défiler tous ces éditeurs soucieux de défendre leurs proses. Mais du point de vue du libraire, ce sont des rencontres gourmandes et enthousiasmantes qui lui permettent également de repartir la valise pleine, non pas simplement de livres mais, d'émotions tous azimuts à transmettre et partager.

Car ne l'oublions pas, si l'éditeur est un dénicheur de talent, un inventeur de trésor, le libraire est le passeur grâce à qui vous dégusterez les meilleurs pages dans quelques mois. Et ça, ce n'est pas l'achat cliquable sur Internet qui vous le permettra.

 

Une tournée d'éditrices en région riche et inovante

Alors ce matin là, dans l'ambiance légère d'un café de province, nos trois éditrices ouvrent le bal d'une littérature jubilatoire, romanesque, prête à être embrassée et caressée de pages en pages. Cela fait maintenant quelques années que ces femmes de lettres ont décidé de s'unir pour se rendre en région et présenter chacune les titres "maison" du moment qu'elles souhaitent particulièrement défendre. Et elles y prennent vraisemblablement plaisir. Les échanges sont conviviaux, chacune s'amusant à commenter le catalogue de l'autre dont elle connait bien les titres grâce à cette tournée de saison. C'est ainsi que Liana Lévi nous explique que très récemment, elle a même transmis un manuscrit qu'elle avait reçu à Joëlle Losfeld, parce qu'il semblait plus approprié à la ligne éditoriale de celle-ci. Et bonne pioche, "Le roman sort d'ailleurs cet automne", confirme l'éditrice Joëlle Losfeld !

 

Pas de concurrence mais une complémentarité assumée et une écoute de l'autre qui démontre l'intelligence de l'initiative et la richesse de la démarche. "La période est difficile pour le monde du livre mais nous avons confiance en l'avenir" rajoute encore Liana Lévi.

 

Et finalement, nous, lecteurs et libraires, sommes sereins au regard de la complicité professionnelle de ces trois éditrices qui ensemble, sont prêtes à inventer et innover pour créer des passerelles entre livres et lecteurs. La littérature est entre de bonnes mains !


Écrire commentaire

Commentaires : 0