The Suburbs d'Arcade Fire

Coup de coeur d'Yvan de landivisiau

Il y a des disques qui vous entrainent dès la première écoute, plaisants et faciles, mais que l'on aura totalement oubliés quelques années plus tard... Celui-ci c'est exactement l'inverse !

Le premier contact vous laissera comme une impression de doute, mais plus vous l'écouterez, plus il vous captera et rapidement la dépendance ne sera pas loin... Il se gravera définitivement dans votre mémoire avec ce son unique qu'ont créé nos Canadiens depuis leur précédent album Neon Bible.

Peut-être est-ce à cause de la voix émouvante de Win Butler, ou encore de celle de Régine Chassagne (pourtant moins présente dans cet album, rarement au premier plan bien que toujours présente : pas comme une choriste, mais souvent comme une harmonique de celle de Win ) ?

Peut-être est-ce cet univers familier de banlieues pavillonnaires qui sert de décor ici avec son apparente opulence, ses drames cachés et sa détresse latente ?

Peut-être est-ce cette façon de générer des mélodies complexes à partir d'accords simples sur un fond sonore obsédant ? Il y a du Bowie là dedans, mais aussi du Springsteen, pour l'esprit et du Brian Ferry, pour l'élégance, entre autres magiciens... et le résultat est une signature sonore inimitable, de celles qui se reconnaissent à la première note : celle d'un groupe majeur.

 

The Suburbs a été désigné album de l'année lors de la cérémonie des Grammy Awards 2011.

 

The Suburbs

Arcade Fire

Digifile - Août 2010

Écrire commentaire

Commentaires : 0